Comment annoncer sa grossesse au travail ?

Vous êtes enceinte ? Toutes mes félicitations ! Généralement, les premiers temps, on est dans l’euphorie, dans l’excitation. Mais on peut TOUT aussi être tiraillée entre ces sentiments agréables et des sentiments plus désagréables comme le stress et l’angoisse. Notamment lorsque l’on envisage d’annoncer sa grossesse à son employeur !

Concrètement, comment faire pour annoncer sa grossesse ?

Je télécharge gratuitement mon guide « 5 étapes pour trouver le métier qui a du sens pour moi »

La loi ne fixe aucune obligation d’information

Tout d’abord, sachez que juridiquement, vous n’avez pas d’obligation concernant le délai pour annoncer votre grossesse auprès de votre employeur. Il n’existe donc pas de date butoir. Et d’ailleurs, rien ne vous oblige à le faire ! Vous pouvez ainsi annoncer votre grossesse à n’importe quel moment. Mais bien évidemment, dans la pratique, il vaut mieux l’annoncer le plus tôt possible. Cela entraine plusieurs avantages légaux et/ou conventionnels.

Tout d’abord, cela déclenche toute la procédure en lien avec la déclaration de grossesse et qui permet ensuite de bénéficier des autorisations d’absence pour les visites médicales (ce qui vous permet de conserver votre salaire pendant ces absences car elles sont alors considérées comme du temps de travail effectif), vos indemnités journalières liés à votre congé maternité (en pratique, généralement, l’assurance maladie les verse directement votre employeur qui maintient votre salaire à 100%. C’est donc totalement transparent pour vous et indispensable pour votre employeur) et d’une protection contre les licenciements, notamment pour faute grave et toute autre situation où votre maintient dans l’entreprise se révèle impossible et des motifs qui n’ont rien à voir avec votre grossesse ou l’accouchement). Par conséquent, vous n’avez pas vraiment intérêt à garder cette grossesse secrète !

Et puis de vous à moi, à un moment donné, cela va se voir !

Ce qui est très important à garder à l’esprit, c’est qu’il faut orchestrer un peu tout ça. Il ne faut pas l’annoncer à votre employeur ou votre N+1 (tout dépend du fonctionnement de la structure dans laquelle vous travaillez) après ou avant une réunions, dans les couloir entre deux RDV ou devant la machine à café ou dans l’ascenseur. Vous devez rencontrer votre hiérarchique lors d’un entretien que vous aurez demandé.

 

Un entretien programmé

Lors de ce RDV que vous aurez donc initiée, restez très factuelle. N’évoquez que des éléments professionnels et ne parlez pas de votre vie personnelle. Restez donc professionnelle. Ce qui est très important lorsque l’on informe son supérieur ou son employeur que l’on est enceinte,  c’est de RASSURER !

Pourquoi ?

Parce que lorsque l’on est manager, il nous incombe de tout mettre en oeuvre pour assurer le bon fonctionnement du service, de respecter les échéances et d’être dans une certaine performance. C’est de notre responsabilité. Par conséquent, qui dit congé maternité dit absence et cela oblige à mettre en place des actions et faire en sorte que le congé maternité est le moins d’impact possible sur le bon déroulement du poste et du service. Il faut donc ANTICIPER et S’ORGANISER !

Par conséquent, si au moment de l’annonce de votre grossesse, vous savez déjà ce que vous voulez faire après votre congé maternité (je pense notamment au congé parental qu’il soit à temps complet ou à temps partiel) ou comment vous envisager la tenue de votre poste pendant votre absence (la répartition de vos dossiers, la nécessité de votre remplacement ou non…) exprimez-le clairement. Profitez-en également pour donner votre date de départ en congé maternité.

 

Cliquez ici pour télécharger gratuitement votre guide

 

Bref, si vous avez déjà réfléchi à tout cela, profitez de cette entrevue pour en faire part à votre interlocuteur. Cela sera grandement apprécié, je vous assure. Soyez véritablement force de proposition et actrice.

Vous l’aurez sans doute compris, il est impératif de préparer votre pitch pour ne pas vous présenter le jour J en ayez des idées floues !

Si les choses ne sont pas encore clairement définies, ce qui est très probable, dites simplement que vous reviendrez vers votre responsable dans les plus brefs délais avec tous les éléments indispensables pour rendre votre départ en congé maternité des plus serein et des moins impactant dans le fonctionnement du service.

Lorsque j’ai annoncé à mon ancien employeur mes 2 grossesses, j’ai effectivement eu ce bon réflexe. Etant directement en lien étroit avec le Président du Groupe international dans lequel j’évoluais, il était évident qu’il avait autre chose à faire que de s’intéresser à la question de mon remplacement ou non. J’ai donc été actrice de mon départ en congé maternité tout simplement en délégant une partie de mes dossiers et en recherchant un/une remplaçante parce que la simple délégation ne suffisait pas sur les postes auxquels j’étais affecté lorsqu’ai eu mes grossesses.

Donc soyez force de proposition, professionnelle et engagée. Cela montrera votre intérêt pour l’entreprise, votre motivation pour votre poste ou tout simplement votre sérieux.

Une fois que vous aurez informé votre N+1 ou votre employeur, vous pourrez en informer vos collègues et collaborateurs. Evitez de faire l’inverse pour ne pas que votre employeur soit mis au courant de votre grossesse à la machine à café par un intermédiaire. Cela fait très mauvais genre !

annoncer-grossesse-au-travail

A quel moment l’annoncer ?

Il est souvent habituel d’attendre les 3 premiers mois, c’est-à-dire cette période où la viabilité de l’embryon est encore incertaine. 

Et encuite, vous pouvez parfaitement l’annoncer. Là aussi, inutile d’attendre trop longtemps car l’entreprise a besoin de temps pour gérer votre départ en congé maternité. Lorsque l’on sait qu’un processus de recrutement  peut durer entre 2 à 3 mois même pour un CDD de remplacement, il est indispensable de s’y prendre bien à l’avance. 

Ne soyez pas non plus dans la surinterprétation… Ne vous faites pas des films selon lequels l’annonce de votre grossesse sera très mal perçue, que l’on va vous juger ou vous mettre à l’écart. Ne retardez pas l’annonce en supposant les mauvaises réactions des autres. Cela arrive, certes. Nous sommes loin de vivre dans un monde idéal. Mais il faut arrêter de vivre dans un éventuel futur qui a une forte probabilité de ne pas se concrétiser. Soyez pleinement actrice de cet événement, professionnelle et pleinement ancrée dans le présent. Cela vous évitera d’être stressée et même angoissée.

Une grossesse doit rester un événement normal dans la vie d’une entreprise ! Par conséquent, mettez tout en oeuvre pour que cela le soit même si j’ai conscience qu’en fonction du secteur dans lequel vous évoluez, cela peut être difficile. Et si c’est le cas, ne restez pas isolée et faites-vous accompagnée si vous en ressentez le besoin afin de trouver les ressources et le recul pour mettre en place des actions qui vous permettront de vivre une grossesse sereine et d’envisager votre avenir avec bonheur.

Et puis, soyons un peu pragmatique ! Un congé maternité dure en moyenne 4 mois, 6 semaines avant l’accouchement et 10 semaines après (et plus, si vous prenez des congés payés pour allonger la durée légale). Honnêtement, ce n’est pas grand chose, du moins en France, comparé à d’autres pays européens

Donc 4 mois d’absence, ce n’est pas long surtout si votre départ est bien anticipé et préparé.

 

Prenez soin de vous,

Vanessa

 

Cet article vous a plut ?

Vous avez l’impression que votre grossesse peut être un nouveau départ pour votre vie professionnelle ? Vous pensez que votre grossesse peut être l’événement qui va vous conduire vers votre JOB de rêve, ce métier qui a du sens pour vous et qui vous permettra de vous sentir 100% alignée avec vos valeurs et vos aspirations ? Si vous voulez aller plus loin, téléchargez mon guide « 5 étapes pour trouver le métier qui a du sens pour moi » : cliquez ici tout de suite pour le télécharger

 

 

 

Add A Comment