Gestion de carrière

Grossesse et travail : comment tout concilier sereinement ?

 

Selon un sondage initié par la Fondation Prem Up et réalisé par Odoxa en 2015, les 2/3 des jeunes femmes interrogées, âgées de 25 à 34 ans, déclaraient que la grossesse pendant leur activité professionnelle avait été un moment difficile (Communiqué de presse du 25 juin 2015 Maternité et environnement professionnel).  Entre manque d’information et pas assez de précautions, la femme enceinte ne se sent  pas ou très peu soutenue par son employeur.

 

I)      La grossesse, un projet parental qui se planifie

Aujourd’hui, et notamment pour les trentenaires, la grossesse est un projet parental qui se planifie. Bien souvent, la femme choisit le moment le plus opportun dans sa carrière. Elle est  confrontée à un véritable défi qui est de concilier, en toute conscience, ses aspirations professionnelles et ses aspirations familiales. Dans ce défi, elle doit faire face, par ailleurs, à un certain nombre de préjugés et de stéréotypes. Il est alors important pour elle d’être responsable de ses choix et d’être actrice dans son avenir. Il est indispensable pour la femme enceinte de ne pas s’enraciner dans cette idée préconçue qui est de dire que la maternité n’est pas conciliable avec une carrière professionnelle. Elle doit adopter les comportements et mettre en place les actions qui feront qu’au contraire, elle démontrera toutes ses compétences et ses capacités à assumer ses différents rôles.

 

II)      Comment j’annonce ma grossesse à mon employeur ?

Tout d’abord, vous ne devez pas attendre le dernier moment pour annoncer votre grossesse. Vous devez avoir conscience que votre absence pour congé maternité et éventuellement congé parental, va nécessiter une réorganisation en interne voire même un recrutement temporaire.

Bien évidemment, il est raisonnable d’atteindre la phase des 3 premiers mois de grossesse, période souvent à risque. Ensuite,  informez d’abord votre responsable hiérarchique puis votre employeur directement (selon la taille et la culture de votre entreprise) puis les ressources humaines. Cessez de culpabiliser et soyez confiante.  La maternité doit reprendre sa place de « normalité » au sein des organisations. Si d’ores et déjà, vous savez comment envisager la suite de votre grossesse et de votre congé maternité, faites-en part. Cela rassurera sur vos intentions. Si vous êtes dans le flou, ce qui peut être totalement compréhensible, dites simplement que vous reviendrez le plus rapidement possible pour faire part de ce que vous envisagez par la suite. Par ailleurs, vous pouvez parfaitement mettre en avant votre envie de faire des propositions en termes d’organisation, de délégation de dossiers ou même de participer au processus de recrutement de votre remplaçant(e) si cela est une éventualité. Adoptez une attitude confiante, sereine et active.

grossesse-et-travail

III)        Je m’informe sur mes droits

Selon le même sondage, 95% des femmes interrogées estiment ne pas avoir été correctement informées des droits auxquels elles pouvaient prétendre, notamment en termes d’aménagement de poste ou d’horaire de travail. Il est alors important que la salariée enceinte soit pro-active !

Il est, en effet, scientifiquement prouvé que l’environnement de la femme enceinte a un impact sur le développement du fœtus et sur la qualité de vie du bébé à l’âge adulte. Des précautions sont donc à prendre. Je conseille alors aux femmes de se rapprocher du service des Ressources Humaines, des syndicats, de la CAF, du RSI (si elles sont en professions libérales ou entrepreneures) ou de l’URSSAF pour obtenir un maximum d’information, et faire ainsi prévaloir leurs droits.

Cliquez ici pour télécharger gratuitement votre guide

IV)     Je communique clairement et précisément sur mes aspirations professionnelles

Pendant cette période où, peut-être, vous aurez affaire aux bruits de couloir parfois médisants ou stéréotypés, fixez-vous un cap. Prenez un temps de réflexion et demandez-vous ce que vous voulez vraiment pour la suite. Mettez en place un plan d’action et avancez vers votre objectif. Profitez également de cette période pour vous mettre en avant. Communiquez avec votre responsable et vos collègues sur vos réalisations, les difficultés que vous avez rencontrées et dépassées sur un dossier ou un projet. Apprenez à communiquer ! Il ne s’agit pas ici de faire des excès de zèle mais simplement de montrer le travail accompli. En effet, avec l’émergence des nouvelles technologies, bien souvent, les managers n’ont pas connaissance de l’ensemble de vos réalisations. Alors communiquez davantage. Donnez une image positive de vous-mêmes aussi bien en interne qu’à l’externe, notamment par le biais des réseaux sociaux que je qualifie de « professionnels » tels que Linkedin ou Twitter. Mettez en avant votre expertise.

Sachez préparer consciencieusement votre départ en congé maternité.

V)      Je gère mon stress

Cette période étant très intense sur le plan psychique et physique, il est important d’apprendre à ralentir le rythme. Même si être enceinte ne signifie aucunement que vous êtes malade, il arrive souvent que les désagréments liés à la grossesse (nausées, mal de dos, fatigue…)  rendent la vie dure ! Il  est alors essentiel de prendre les précautions qui s’avèrent nécessaires. N’hésitez pas à prendre du temps pour vous et à vous relaxer soit pendant votre pause du midi soit le soir. Pourquoi ne pas instaurer un temps de sieste ou de méditation ? Aujourd’hui, de nombreuses disciplines sont à portée de mains pour apprendre à gérer la fatigue, le stress, les douleurs chroniques et les émotions. Entre sophrologie, yoga prénatal, hypnose Ericksonienne (notamment la méthode HypnoNatal créée par Lise BARTOLI), fleurs de Bach et autres alternatives, apprenez à prendre soin de vous. Prenez du recul sur votre organisation et voyez quels changements vous pouvez apporter pour courir moins au quotidien (télétravail, changer d’itinéraire pour vous rendre à votre travail, déléguer…). Soyez à l’écoute de votre intuition et de corps.

Et si jamais il vous arrivait d’être mise en arrêt maladie, soyez bienveillante avec vous-même. Ne culpabilisez pas. Acceptez vos limites et rationalisez. Reposez-vous et gardez contact avec votre environnement professionnel et personnel.

Avant toute chose, il y a un avant, un pendant et un après ! Soyez actrice de ce changement

 

 

 

Add A Comment