reconversion professionnelle angers

Comment dépasser l’impression de ne pas être légitime lorsque l’on veut changer de métier ?

Avez-vous le sentiment de ne pas être à votre juste place, de ne pas être légitime dans votre vie professionnelle ? De nombreuses femmes vivent cette impression désagréable au point de s’auto-saboter et s’emprisonner dans une carrière qui ne leur correspond pas.

Le syndrome de l’imposteur : pourquoi il n’existe pas

Le fait de ne pas se sentir à sa place, de tromper les gens sur nos réelles capacités n’est pas rare. Et cela touche aussi bien les femmes que les hommes ! Au cours de notre vie, nous sommes toutes susceptibles de vivre cette impression.

On remarque toutefois que les personnes qui sont le plus sujettes à ce phénomène sont les multipotentielles ou les perfectionnistes ou les personnes qui ont une faible estime d’elle-même.

Pour en savoir plus sur les multipotentielle, je vous invite à lire mon article « Multipotentielle, comment vous réinventer professionnellement  »  

C’est en 1978 que Pauline Rose et Suzanne Imes publient le premier article sur le syndrome de l’imposteur que l’on considérait à l’époque comme une problématique de santé mentale touchant en grande partie les femmes. Or, aujourd’hui, les psychologues (et même l’auteur principal de l’article qui consacre le terme « syndrome ») s’accordent pour dire qu’il ne s’agit pas d’une pathologie. Cela n’a rien à voir avec une névrose. C’est pourquoi parler de syndrome de l’imposteur est un abus de langage. Il s’agit d’un phénomène, d’une expérience de l’imposteur que tout à chacun est susceptible de ressentir à un moment donné de sa vie dans une situation précise.

ll s’agit finalement d’une croyance que nous entretenons inconsciemment car les faits ont beau être là, effectifs et objectifs, nous avons beau nous évertuer à lister nos réussites, nos réalisations, cela ne fait pas le poids face à cette conviction profonde que nous avons vis à vis de nous-même et de nos capacités. Nous avons le sentiment que nous sommes tout simplement une imposture et que si nous baissons la garde, le monde entier va se rendre compte de la supercherie. Nous nous ancrons, bien malgré nous, dans cette peur !

 

Votre mini-cours OFFERT : « 7 étapes clés pour passer de cadre en perte de sens à entrepreneure du changement »

Qu’est-ce que le phénomène d’imposteur ?

Derrière cette expérience de l’imposteur, il y a donc une peur : celle de se dévoiler au public. 

Et cela peut nous amener à adopter des comportements qui nous font échouer. Nous nous retrouvons alors enfermée dans un cercle vicieux puisqu’en nous auto-sabotant, nous venons confirmer et conforter cette croyance selon laquelle « nous ne sommes pas légitimes ». Bien malgré nous, nous nourrissons cette croyance.

Rentrons maintenant davantage dans les manifestations comportementales de cette expérience de l’imposteur. 

Tout d’abord, on peut observer deux réactions bien distinctes

– soit on travaille à fond car on veut toujours prouver que l’on est la meilleure, on se donne une pression supplémentaire 

– soit on procrastine et on attend le dernier moment pour accomplir une tâche.

 » Le syndrome de l’imposteur nous pousse à trop réfléchir et à essayer de tout anticiper. Les personnes qui en souffrent sont obnubilées parce qu’ils pensent être le jugement des autres (souvent à tord), puis sur la manière dont ce jugement risque d’empoisonner leurs échanges. Elles se dispersent, inquiètes ne se sentent jamais préparées, sont obsédées par ce qu’elles devraient faire, visualisent mentalement ce qu’elles ont dit cinq seconde plus tôt, inquiètes de ce que les gens pensent d’elles et de ce que tout cela signifie pour elles dans un avenir proche ou lointain ».*

Les femmes qui vivent cette impression de ne pas être légitimes manquent véritablement d’objectivité et se jugent sévèrement. Le regard de l’autre et surtout le jugement de l’autre les touchent fortement.

Cette croyance dans laquelle nous nous enfermons est donc très puissante car elle touche à notre identité

Et oui, qui êtes-vous pour oser envisager de quitter un CDI bien payé pour l’entrepreneuriat et ses aléas ? Qui êtes-vous pour oser  changer de métier alors même que vous avez brillamment suivi des études supérieures ? Qui êtes-vous pour proposer à autrui vos services en tant que nouvelle entrepreneuse ?

 Alors comment réussir à se défaire de cette impression de ne pas être à sa place, de ne pas être légitime ?
 
syndrome-imposteur

La clé ultime pour ne peut plus se sentir comme illégitime

A la source de cette expérience d’imposteur, il peut y avoir plusieurs causes en lien avec ses propres expériences, son éducation, son environnement social etc.

Et très souvent, on trouve derrière cette croyance, la peur de l’échec !

>> Cet article pourrait également vous intéresser « Comment changer de métier quand on a peur d’échouer ? »

Malgré nos réussites avérées, nous avons peur de ne pas être à la hauteur.

L’expérience de l’imposteur peut donc nous amener à échouer avant même que nous soyons entrée dans l’action. C’est très insidieux. Et pour pouvoir s’en libérer, il n’y a pas véritablement de solutions durables selon les psychologues. Car chaque situation vécue peut venir réveiller en nous une peur profonde qui nous conduira, de nouveau, à nous sentir illégitime.

Cela signifie que vous pouvez aujourd’hui, dans une situation précise, réussir à dompter ce phénomène de l’imposteur (par exemple, en cours de reconversion professionnelle, vous n’arrivez pas à lancer votre solo-entreprise). Mais dans l’avenir, il est possible que cette impression d’imposture refasse surface car elle viendra heurter une croyance qui générera chez vous une nouvelle peur.

Alors je vous invite à identifier une situation précise qui génère chez vous ce sentiment de ne pas être légitime, d’être un imposteur.

Une fois votre situation clairement précisée, vous pouvez, dépasser les peurs ressenties.

Comment ?

En apprenant à vous affirmer davantage !

La confiance en soi (et même l’estime de soi) est donc au coeur de cette problématique.

Vous pouvez ainsi commencer à utiliser le « je » plutôt que le « nous », par exemple. Vous affirmerez davantage ce que vous pensez, ressentez.

Et ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une croyance limitante  génère des pensées qui induisent des comportements qui nous sont défavorables.

Il est donc impératif que vous appreniez à changer vos paradigmes et à changer le regard que vous portez sur vous-même. Il s’agit ici d’apprendre à mettre le focus sur le positif, à lâcher le perfectionnisme et à vous défaire de cette peur de l’échec. Vous pouvez le faire seule. Mais bien guidée et accompagnée, cela vous permettra de faire un travail en profondeur.

J’ai moi-même été sujette à cette impression de ne pas être légitime lorsque je me suis lancée dans mon activité de coaching. Aujourd’hui, je peux l’analyser comme ça. Mais il y a 4 ans, c’était simplement un manque d’expériences et de compétences. Alors j’ai passé mon temps à me former… Et la plupart des formations que j’ai pu suivre à l’époque ne me servent à rien dans ma vie professionnelle actuelle. Alors je me rassure à me disant que j’ai appris, que j’ai fait des rencontres… Le constat est toutefois, que j’ai perdu du temps et de l’argent. Il est donc indispensable de ne pas hésiter à se faire accompagner dans ces phases de transition qui bien souvent nous chahutent durement. Notre temps étant notre bien le plus précieux, désormais, je n’hésite plus à faire appel à une aide, un regard extérieur pour m’aider à avancer.

Par ailleurs, je vous invite également à faire preuve de bienveillance envers vous-même, à identifier votre singularité (vos forces, vos talents, vos faiblesses) afin de développer votre confiance en soi.

Tout le travail qui est à faire finalement, c’est d’apprendre à mieux se connaître (connaissance de soi et image de soi). Il faut objectiver et se baser uniquement sur les faits, rien que les faits. Il faut cesser de vouloir plaire à tout le monde. Il faut analyser ses échecs passés pour en tirer des leçons. Il faut s’accepter telle que l’on est !

Conclusion :

Vous ne vous sentez pas à votre place et vous vous demandez si votre JOB est véritablement fait pour vous ? Vous voulez changer de métier, créer votre propre activité professionnelle mais vous ne vous sentez pas légitime ? En reconversion professionnelle, vous n’arrivez pas à lancer votre solo-entreprise ? Réservez dès maintenant votre séance diagnostic gratuite…

 

* Extrait du livre d’Amy CUDDY « Montrez-leur qui vous êtes »

Add A Comment