my-little-concept-temoignage

Témoignage d’une reconversion réussie : la fondatrice de My little concept

Comment peut-on passer de l’enseignement (et donc quitter un salaire confortable et la sécurité de l’emploi) pour l’aventure de la création d’entreprise ? C’est le choix un peu fou qu’a fait Régine à l’issue d’un constat : La naissance de ses trois filles lui ont permis de raviver une petite flamme en elle : celle de créer !

J’ai souhaité la rencontrer pour comprendre ce changement cap et cette audace afin de vous  partager cette reconversion professionnelle réussie.

Attention ! Moment très inspirant….

Bonjour Régine, merci d’avoir accepté mon invitation. Parle-moi de toi !

Bonjour, je m’appelle donc Régine. J’ai 39 ans. Et ma nouvelle vie a commencé il y a un an maintenant (juin 2017).

Pour la petite histoire : j’ai eu 3 filles en 3 ans 1/2. Donc très gros changement de vie depuis 2013. Et elles ont été le moteur de tout ce changement. Elles m’on donné l’envie et l’énergie de quitter ma bulle de confort. En effet, avant cette aventure, j’étais enseignante. J’avais donc une situation très confortable, bien « comme il faut ». Mais c’était un ensemble qui ne convenait pas vraiment à mes ambitions et à mes besoins que j’avais gentiment refoulés jusqu’à ici. 

J’ai donc quitté ma zone de confort tout en ayant une sécurité puisque je me suis mise en disponibilité. Ce qui me permet de garder mon poste au cas où mon aventure de l’auto-entrepreneuriat serait un échec.

Et j’ai suivi beaucoup de formations pour maîtriser des machines et des logiciels. Ce qui m’a permis de monter mon projet avec des bases solides. Cela aide à franchir le cap.

Qu’est-ce qui t’a vraiment donné envie de te lancer dans l’entrepreneuriat ?

Je pense que l’envie a toujours été là ! J’ai clairement un besoin qui n’est pas exprimé, celui de la créativité. Et bizarrement, une fois que tu deviens maman et que tu rencontres tous ces bouleversements, il y a comme une révélation. Et j’ai eu cette petite flamme qui a repris le dessus. C’est comme si mon corps exprimait le besoin de revenir aux sources. Tout est caché et finalement, cela revient au grand galop. Et du coup, tu ne peux plus l’ignorer.

Alors tu as deux choix : soit tu te confortes dans ta vie d’avant et tu te réveilles chaque matin avec cette phrase « bon, ce n’est pas vraiment ce que je veux faire… Mais cela paye le loyer. C’est une stabilité ». Soit tu te dis « bah non, je suis une femme qui a envie de s’épanouir et le bonheur, j’y ai droit aussi. »

Alors j’ai mis de côté toutes mes craintes, le manque de confort lié à cette nouvelle situation, la nécessité de faire des concessions… Et finalement, je me dis que ce n’est pas si grave. Car je me réveille chaque matin en accord avec mes envies. Et ça, ça vaut tout l’or du monde ! C’est réconfortant. Et les enfants le ressentent aussi.

En effet, mes premiers moments avec mes filles étaient souvent tendus car elles ressentaient que j’étais comme contrainte de travailler.

Je n’étais pas bien.

Je pense qu’elles le ressentaient énormément. Et le jour où j’ai décidé de faire ce que j’aimais vraiment, j’étais beaucoup plus sereine.

Mini-cours OFFERT : « 7 étapes clés pour passer de cadre en perte de sens à entrepreneure du changement »

Alors Régine, entre le désir profond et le passage à l’acte, qu’est-ce qui t’a aidé dans ta prise de décision ?

Il y a eu deux choses qui m’ont vraiment aidé à concrétiser mon rêve :

  • Mon conjoint qui m’a énormément soutenue et qui ressentait que je n’allais pas bien,
  • Puis, il y a eu un écho très positif de mon projet sur mes filles. C’est-à-dire que le produit que j’avais créé pour aider, notamment, ma dernière fille à se repérer dans le temps, a eu des résultats tangibles, concrets sur elle dans son quotidien. Et je me suis dit que si cela pouvait l’aider, cela pouvait aider d’autres enfants et parents.

Donc tout ceci m’a réconforté. Et le projet est parti de là !

reconversion-my-little-conceptQuel est ton retour sur cette première année en tant qu’auto-entrepreneure ?

C’est génial !!

C’est plein de découvertes, au niveau personnel car je rencontre vraiment plein de gens. C’est très enrichissant car je suis obligée de me former sur des machines, de l’administratif, qui est un peu la peu la bête noire de l’entrepreneur, mais finalement, c’est une grande partie de plaisir car je fais ce que j’aime.

Il y a que des hauts depuis le début. Et il y a plusieurs beaux projets qui se profilent. J’ai des retours très positifs de mamans autour de moi. 

Toutefois, je ne peux pas nier qu’il y a eu des moments super durs aussi. Car lorsque tu n’as plus de salaire tous les mois pendant une période, cela reste quand même compliqué même si j’ai la chance d’avoir un mari qui permet de subvenir à nos besoins. Nous avons quand même fais des croix sur beaucoup de choses : les vacances, les vêtements… Mais je me dis que ce n’est pas l’important.

Donc tu as mis en balance les avantages liés à la sécurité de l’emploi et ce que pouvait t’apporter un changement de vie ?

Oui, c’est ça ! Et finalement, ce n’est que matériel car j’ai un confort intérieur qui prend largement le pas sur toutes ces futilités. Je me nourris de la relation avec l’autre, des échanges et j’apprends énormément. Et je me dis que finalement, il ne faut pas avoir peur car si on a vraiment une envie de changement, on a beau la refouler, encore et toujours, je crois que quand on aura 85 ans, on aura des regrets et il sera trop tard. 

Alors si on est dans cette période de la quarantaine et si on a l’énergie, le courage et l’entourage (car toute seule, cela reste faisable mais plus compliqué), alors il faut y aller. Je crois que j’ai envie de dire à toutes ces femmes qui ont envie de se lancer, de s’entourer de personnes bienveillantes (par exemple les groupes Facebook avec « les entrepreneuses qui déchirent », par exemple). Franchir le pas, cela peut faire peur mais c’est une super satisfaction et fierté.

Maintenant, parle-nous de My Little Concept et de cette fameuse horloge !

L’horloge est née avec mes filles. Et en particulier avec la première, Mathilde qui manifestait vraiment des difficultés à se repérer dans sa journée. Aujourd’hui, elle a 4 ans 1/2. Donc elle est encore petite pour comprendre la lecture de l’heure avec une horloge classique. Et j’ai donc recherché des moyens pour l’aider à identifier le matin, l’heure de prendre le goûter, l’heure du coucher etc.

J’ai trouvé au travers de mes recherches, une horloge que l’on appelle un synopte. C’est une horloge 24 heures qui permet justement ce repérage dans le temps. Mais le design était vraiment très rudimentaire, trop sobre à mon goût. Alors je me suis mise à la fabriquer moi-même. J’ai fait plusieurs essais sur le logiciel Illustrator . J’ai conçu un cadran de couleur que je peux décliner en plusieurs versions.

Et aujourd’hui, il existe une version « semaine » qui permet d’identifier les différents jours de la semaine. Il y a des petits illustrations que l’on peut positionner sur l’horloge et qui permettent d’identifier les moments clés.

Aujourd’hui, my little concept a plusieurs projets en cours dont celui avec la maison d’édition Auzou qui est l’illustrateur incontournable du loup et qui m’a donné l’opportunité de décliner toute une gamme avec le personnage du loup.

Et d’autres opportunités se profilent également !

Merci Régine !

Merci beaucoup Vanessa !

Vous pouvez retrouver tous les produits de My Little Concept ici :

Site internet : http://www.mylittleconcept.com

Page Facebook : https://www.facebook.com/mylittleconcept/

Pinterest : https://www.pinterest.fr/mylittleconcept/

Add A Comment