Trouver sa voie professionnelle grâce à ses forces

Comment trouver ma vocation ? Quel métier me permettrait de trouver le bonheur, tel que je le conçois ? Aujourd’hui, l’argent n’est plus la clé de l’épanouissement au travail. Non, ce qui importe pour beaucoup de personnes, c’est de satisfaire leur vie. C’est de mettre du sens dans ce qu’elles accomplissent au quotidien. Aujourd’hui, on ne souhaite pas « réussir dans la vie » mais bien « réussir sa vie » ! Le métier que l’on choisit devient alors une source d’épanouissement au service de la vie personnelle. L’argent et le pouvoir sont devenus quelque peu désuet lorsque l’on recherche un emploi. Et c’est ce que j’ai pu constater dans mon ancienne vie. A la question que je posais à des candidats, quels sont les trois critères qui feraient que vous choisiriez notre entreprise plutôt qu’une autre, la rémunération arrivait dans la majorité des cas en troisième position derrière l’environnement et le contenu du poste proposé.

 

La satisfaction personnelle comme nouvelle partenaire

Et oui, ce n’est pas parce qu’un poste sera mieux rémunéré que vous serez plus heureuse. Certes, il contribue à notre confort mais il n’est plus une fin en soi. Aujourd’hui, nous sommes à la recherche de reconnaissance, de sens et d’utilité.

Alors comment êtes-vous dans votre job actuellement ? Pensez-vous que la reconversion soit LA solution ? Que pouvez-vous éventuellement mettre en place pour réajuster votre emploi actuel et le transformer en vocation ?

Et bien oui, selon le courant de la psychologie positive, vous pouvez transformer un emploi en vocation en utilisant chaque jour vos forces (si vous n’avez pas lu mon précédent article, cliquez ici).

Je partage avec vous l’exemple d’un aide-soignant qui parle de son emploi (tiré du livre de Martin Seligman « Vivre la psychologie positive ») :

 

« Mon travail ? Je suis aide-soignant à cet étage. Mais j’apporte de nouvelles photos et peintures chaque semaine. Vous voyez, je suis responsable de la santé de tous ces patients. Prenez M.Miller par exemple, il ne s’est pas réveillé depuis qu’ils l’ont amené, mais lorsqu’il le fera, je tiens à être sûr qu’il voie immédiatement de belles choses. »

 

Je trouve cet exemple très beau car nous avons conscience que le métier d’aide-soignant est très utile mais difficile et quelque peu ingrat. Cet homme a sût réajuster son emploi en lui donnant une dimension qui est de l’ordre de la vocation. Il sert l’intérêt général.

Cliquez ici pour télécharger gratuitement votre guide

Carrière, vocation, emploi : ou en êtes-vous ?

Arrêtons-nous un moment sur ces trois notions…

Un emploi n’a, a priori, comme utilité que celle de recevoir une paie à la fin de chaque mois pour vivre. S’il n’y a plus de salaire, alors on le quitte.

La carrière, elle, se situe à un niveau supérieur. Elle implique un investissement profond car on cherche à évoluer, à gravir les échelons. Et l’augmentation de salaire va avec (normalement !). Lorsque l’on stagne, on tourne vite en rond. Et lorsque l’évolution n’est plus possible, alors on cherche ailleurs !

La vocation, elle, est un engagement passionné. Les tâches qui y sont afférentes ne sont que satisfactions personnelles et plaisirs. Elle sert un intérêt supérieur et peu importe la rémunération qui en découle. Il suffit de s’attarder sur les nombreux témoignages qui circulent dans les médias de ceux qui ont tout quitté pour occuper un métier qui a davantage de sens pour eux. Leur rémunération est très généralement en deçà de ce qu’ils percevaient avant mais pour rien au monde, ils ne changeraient !

Et vous, saurez-vous regarder votre emploi ou votre carrière comme une vocation ? Savez-vous quels ajustements vous pouvez faire pour mettre du sens dans votre travail ?

Comment trouver sa vocation grâce à deux composantes !

Une vocation, toujours selon le courant de la psychologie positive, nécessite deux composantes : l’utilisation de ses forces (si vous n’avez pas lu mon précédent article, cliquez ici) et l’intérêt général !

Si vous pensez qu’à l’heure actuelle, vous pouvez réajuster votre JOB en fonction de ça, alors normalement, vous êtes gagnante ! Si ce n’est pas possible, alors je suis là pour vous aider !!!

Il ne s’agit pas simplement d’avoir une passion et d’utiliser ses forces de caractères pour créer une vocation. Non ! Il est indispensable d’agir pour quelque chose qui est supérieur à soi !

Donc si vous pouvez mettre en pratique vos forces dans votre quotidien professionnel et qu’en plus, votre travail contribue à l’intérêt général, alors vous avez une vocation ! Votre quotidien fait sens pour vous. Et vous avez alors plus de chance de vivre « le flow » (littéralement flux en anglais), cette expérience optimale qui serait selon le psychologue Mihály Csíkszentmihályi, la condition du bonheur !

En effet, selon ses recherches, l’état de flow est une émotion positive qui survient lorsqu’une tâche difficile ou compliquée concorde avec nos aptitudes. Totalement immergée dans ce qu’il y a à accomplir, concentrée, on est comme déconnectée de l’espace et du temps. Cette concentration intense amène un état d’extase où tout nous semble possible, clair et prend de la valeur pour soi. N’avez-vous jamais eu cette sensation d’être attelée à une tâche, concentrée et de regarder l’instant d’après votre horloge en vous disant « mince, je n’ai pas vu l’heure passée ! »

Alors observez-vous au quotidien… Car si c’est le cas, vous tenez une pépite !!!

 

Add A Comment